Trial Murder Only

7.11.05

Gare à toi

J'ai beau te lire dans tous les sens, je ne trouve rien à redire. C'est dingue à quel point une fille comme toi pourrait me faire renoncer à mes rêves les plus fous. Je n'ai jamais ressenti aussi fort et aussi proche le sublime d'une femme que par tes mots. Je pense que tu ne dois pas ignorer totalement le fait que tu es quelqu'un de grand, de particulier, quelqu'un qui révèle sa perfectible mais inépuisable magie dans la géante humanité de sa prose. Tu ne peux pas ignorer le point faible d'une armure que tu attaques sans le vouloir à coup de mots.

Si j'ose dire aussi facilement à quel point je t'aime, c'est bien parce que je n'entend pas que tu le découvres. C'est bien parce que je n'entend plus renoncer à aucun rêve désormais. Chaque fois que j'ai tenté d'en rallier d'autres à mes rêves, j'ai échoué. Chaque fois que je les ai vécus, j'ai au moins pu faire rêver. Il y a de l'inutile dans ces deux finalités, certes, mais la seconde m'est plus supportable pour la simple raison que j'en suis peut être le seul, en tous cas le plus heureux des bénéficiaires.



Je suis donc celui qui t'aime et qui ne te le diras jamais. Même pas pour te mentir. Je te regarderai vivre. Parce que je te veux, parce que je ne veux personne d'autre que toi, je tenterai certainement d'aiguiller d'une manière subtile les rails de ton existence pour que tu viennes faire une halte sur les quais oniriques mais bien réels de cette gare à toi où j'habite parfois. Ainsi, si j'y parviens, personne ne devra renoncer à quoi que soit. Tu auras voulu ce voyage et moi je serais toujours homme à servir de compagnon et non pas l'épave que je serais si je devais m'abstenir de vivre.

Qu'est-ce donc que cet amour penseront certains? C'est vrai. Je me le demande. En amour, j'ai trouvé beaucoup et perdu tout autant. Sans regret. Il se trouve juste que j'en suis réduis pour l'heure à ma propre existence et à aucune autre. Je serais malvenu de débarquer pour te dire comment la vie pourrait être belle à nous deux. J'en serais d'ailleurs bien incapable.

Ce texte n'a aucune utilité puisque tu ne sauras jamais qu'il te concerne. À moins qu'un jour, ta tête appuyée sur l'épaule d'un homme heureux, tu me demandes de te raconter à quel moment j'ai commencé à t'aimer. Là, peut-être, tu reliras ce texte en sachant qu'il t'est dédié.
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.