Trial Murder Only

25.8.05

Action

Un soir, il y a longtemps, un écrivain iconoclaste avait parlé à la télé du "courage des lâches" en faisant référence à un militaire historiquement connu dans le pays qui m'a vu naître. Ce concept m'avait ébranlé et je m'étais senti visé. Je ne me reconnaissais que trop dans cette définition. Leblase vient de me faire un commentaire que j'ai beaucoup apprécié sur le billet précédent et qui n'a pas été sans me rappeler cette impression que j'avais eue jadis. Je vais donc m'étendre sur la question puisque ayant décidé de ne pas me faire à bouffer, j'ai un peu de temps devant moi. D'ailleurs, à bien y penser, je n'ai que ça.

De quoi s'agit-il donc. Le courage des lâches est donc cette énergie qui, devant l'adversité, fait faire de grandes choses à de véritables glandeurs ce qui est, je dois le reconnaître, trop souvent mon cas. Plus péjorativement, elle motive les trouillards mais là je ne me sens pas concerné. Il se trouve que glandeur n'est pas le pire de mes défauts. Quand je suis seul, avec personne pour me culpabiliser, j'ai même tendance à croire que c'est une qualité. Pourtant, je doit avouer que ma vie a plutôt été fabriquée de réactions que d'actions. Du moins, c'est l'impression que j'ai.

Ce billet par exemple, il y a dix minutes, je n'avais pas la moindre idée que j'allais le faire. Bon, ça c'est gentil. Ok. Mais si je réfléchis bien à ce qui m'a amené là où je suis aujourd'hui, je suis obligé de constater que je n'ai pas été maître de ma vie depuis quinze ans (pour ne pas dire plus). Bien sûr cela m'a tout de même amené à vivre des choses fantastiques et j'ai même pu m'évader parfois dans quelque impression de liberté comme dernièrement au Proche-Orient ou dans mes voyages des dernières années, mais le fait est que je n'ai fais que composer avec le peu de choix que m'offrait l'inertie dans laquelle je baigne encore aujourd'hui.

Je m'intéressais tout à l'heure, en faisant des recherches sur le web, à des personnages qui n'ont jamais, mais alors là jamais, fait dans la compromission. Ce sont ceux qui m'inspirent le plus car ils sont le chaînon manquant de ce qui m'a fabriqué. Ces individus semblent mus par des certitudes les concernant que je n'arrive pas à déceler en moi. Pour citer Desproges, "La seule certitude que j'ai c'est d'être dans le doute.". Je ne parle pas de ces certitudes à la con qui font dire à l'un ou à l'autre telle ou telle connerie qui revêt des habits de vérité mais de celles qui nous aident à s'assurer de nous même, de ce que l'on doit ou ne doit pas faire, être.

Je suis dans une impasse dont je vais tenter de m'extraire et je me pose quotidiennement la question de savoir si la solution que j'ai choisie n'est pas une réaction comme toutes les autres. Je me plais à croire que non. Pour la première fois depuis longtemps, je sais que ce n'est pas le cas.


Y'a de l'éjaculation dans l'air - Tour Agbar (Jean Nouvel) - Barcelone ( Durell N. Moriarty) p.s: Merci Leblase de la petite piqûre de rappel ;-)
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.