Trial Murder Only

11.7.05

Post Mortem

J'ai passé la journée avec Rachel. Rachel vient de perdre son père. Elle avait besoin d'un ami, d'une présence. Au delà de la très probable tristesse qu'elle éprouve, même pour ce père qu'elle n'aimait pas beaucoup, je crois qu'elle est désemparée devant le nombre de tâches dont il faut s'acquitter à la mort d'un proche.
Je sais, c'est faire court sur les émotions qui, même si elle ne les montre pas, l'habitent certainement. Le problème, c'est que je n'en sais rien. Que doit-on ressentir lorsque les gens meurent ? Mes proches meurent si peu que je n'ai pas beaucoup d'expérience en la matière. Pour les morts de mon entourage, j'ai souvent été étonné de ma propre froideur. Pour les morts des autres, je fais preuve avec leurs proches de compassion, je trouve les mots qu'il faut et je sais écouter mais à l'inverse, je supporte mal que l'on vienne m'emmerder avec les miens.
Ainsi, un jour, devant le cercueil de ma grand-mère décédée (Il faut que je demande à ma psy si ce quasi pléonasme est innocent ou pas) que pourtant j'aimais beaucoup, je me composais sans trop de conviction une attitude de circonstance. Je faisais tranquillement semblant d'avoir beaucoup de peine jusqu'à ce qu'une inconnue, copine de la veille d'un play-boy de la famille, s'effondre bruyamment et en en larmes au moment de la fermeture de la boîte. Je sais bien qu'elle n'en avait rien à faire de la grand-mère qu'elle n'avait jamais connue et que ça devait lui rappeler autre chose mais je lui aurais foutu des coups de pied au cul pour qu'elle aille chialer ailleurs. On ne pique pas ainsi les morts des gens. Ca ne se fait pas.
Rachel, qui voit toute la paperasserie et les tracas auxquels elle devra se soumettre, me dit qu'elle est aujourd'hui contrariée de constater que ce qui différencie souvent l'animal de l'humain est le fait que l'humain enterre ses morts. C'est mon père qui doit bien rigoler et Rachel qui ignore que son ami est à ranger parmi les bêtes. Je réconforte Rachel qui fait partie des gens que j'aime bien, à savoir les vivants, et je me dit que je n'en voudrai à personne de ne faire que peu de cas de ma carcasse une fois mort.
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.