Trial Murder Only

25.7.05

Dû au désert

Désert du Wadi Rum, Jordanie (Durell N. Moriarty)Pour ne plus vivre de misère,
Nourrir ma chair à l'improviste,
Pourrir la terre et mourir triste,
Je vais me bâtir un désert


Qu'y a t-il dans un désert pour fasciner autant ? Moi le premier. J'aime les déserts de sable, les déserts de pierres comme j'aime les déserts de glaces ou les désert rocheux. Sous tous les climats, arides ou tropicaux, arctiques ou tempérés, les déserts fascinent, me fascinent.

Mais pourquoi donc ? Les déserts sont beaux certes, mais durs et invivables. L'étranger, non sans être accompagné, ne peut qu'en expérimenter l'orée. Il est impossible d'y survivre plus de quelques heures, voire quelques jours. Comment est-il possible d'y subsister entouré d'un néant même magnifique ?

Et pourtant, il en est qui le font. Mais à quel prix. Celui de l'abnégation dans l'obéissance aux lois de la nature. Ceux-là doivent s'astreindre sans réfléchir à des tâches qui n'ont d'autre but que de les aider à poursuivre leur vie telle qu'ils l'envisagent. Il n'y a pas de place en ces lieux pour l'abrutissement, la paresse et le laisser-aller.

On pourrait croire que c'est là une vie bien rigide, qu'elle ne doit permettre aucune fantaisie et qu'il est bien difficile d'y trouver des avantages. Mais toi, qui a peut-être connu les déserts des Amériques, d'Afrique, des pôles ou d'Asie, Tu as certainement dû faire la rencontre de ces êtres qui t'épaulaient dans la découverte, qui s'affairaient à mille tâches pendant que tu contemplais, béat, le paysage. À l'heure de manger, pendant que vous discutiez, n'as tu pas perçu leur rêves et leur humour qui n'ont rien à envier aux tiens ? Cette vie est-elle vraiment plus difficile que la tienne ?

Chacun dans son monde, nous sommes soumis aux lois de la nature. L'avantage des déserts est qu'ils nous placent naturellement et avant tout devant le "nécessaire", l'absolu. Faire de son monde un désert, c'est éliminer l'inutile. Tu garderas bien cet arbre solitaire, ce puit, ces lézards fabuleux ou ce rocher immense que sont tes meilleurs amis ou ta famille. Tu sauras faire un sable fin, un roc ou une glace compacte de milliards de souvenirs. Tu sauras y tracer et emprunter uniquement les routes qui t'amèneront là où tu le souhaiteras et laisser le reste du monde tracer les routes qui leurs conviendront. Tu sauras tout ça mais à quel prix ?

J'abandonne les voûtes fragiles et les faibles chambranles de mes piètres cathédrales pour me bâtir un désert sans ligne droite, sans artifice, que j'essaierai fièrement de faire connaître aux aventuriers.


Durell N. Moriarty n'est plus que l'ombre de lui-même (Durell N. Moriarty)
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.