Trial Murder Only

5.6.05

Amman, Al Rasheed Court Cafe, 5 juin 2005, 22hre42

Assis a la terrasse du premier etage d'un cafe sympa qui surplombe une artere animee du centre-ville, un the, un arguileh, ; me voila en condition pour passer un excellent moment a ecrire. Avant de parler de mon sejour en Jordanie, je vais revenir sur les deux jours passes a Damas juste avant de venir ici.

J'ai quitte Tadmor le deux juin en debut d'apres-midi apres que Mohammed, gerant du restaurant l'Oasis, m'ait enseigne les regles du sheish-beish tel qu'il est joue en Syrie ce qui pour moi a largement compense le sacrifice de quelques visites de monuments bien plus durables que d'aussi agreables moments.

Exceptionnellement, pour le voyage en autobus de Tadmor a Damas et apres avoir englouti au restaurant de la station des cars Quadmouss deux excellents shish kebab prepares par Nidal rencontre la veille a l'Oasis, je me suis isole sur un siege du fond avec ma musique a moi dans les oreilles pour couvrir le son distorsionne des enceintes qui allaient difuser de tres mauvaises chansons de la variete arabe.

La route desertique entre les deux villes est somptueuse. Les grandes etendues au milieu desquelles dorment quelques chiens aneantis par la chaleur sont le terrains de jeu d'etonnantes micro tornades de sable et de poussiere. Des bicoques isolees et quelques haltes routieres ou coagulent les camions qui constituent le principal afflux dans ces arteres nationales rares et precieuses. Une chemin de fer ou aucun train ne chemine. Des dunes qui precedent les montagnes en arriere plan et surtout, une lumiere toujours fabuleuse et onirique.

C'est dans un etat d'esprit paisible qu'une fois arrive a Damas, j'ai saute dans les minibus qui allaient me ramener chez mes amis a Dummar. C'etait le soir de l'anniversaire de "F" et nous devions nous rendre a une soiree en terrasse, dans un quartier que je ne connaissais pas chez des amis a eux.

Une fois passe le moment des presentations, je me suis tout de suite senti a l'aise mais, confortablement assis sur un coussin et adosse au mur de la terrasse, par cette timidite sporadique qui m'est propre, j'ai tout de meme passe tout le debut de la soiree a boire des vins libanais, a observer les gens et a discuter surtout avec mes deux amis, ce qui n'etait pas sans me combler.

Parmis les personnes presentes, deux filles ont particulierement attire mon attention et provoque des eruptions de pheromones par tous les crateres sudoripares que mon corps a pu reveiller.

L'une d'elle, la trentaine, etait tres belle et, dans sa robe mini noire et tres moulante, incroyablement sexy pour le trotteur qui venait de se colletiner plus de bedoins que ne peut en supporter sa libido. L'autre, qui retiendra finalement toute mon attention, etait assise a cote de moi. Puisse que nous partagions l'arguileh, j'ai pu m'exercer a nouveau au plongeon en yeux troubles en discutant agreablement avec elle. J'etais fascine par l'intensite de son regard marron, par la beaute de ses traits de statuaire grec et par ce corps genereux qu'elle faisait se mouvoir avec felinite.

La soiree s'avancait en egrenant les convives jusqu'a ce que mes amis se levent aussi pour partir en me proposant de rester et de rentrer plus tard avec un autre copain qui avec moi allions rester seuls avec Jaydee.
Ma timidite s'etait fais la malle depuis un bon moment deja et c'est sur la terrasse, chacun sous sa couverture, que nous avons presque termine la bouteille de cognac a discuter et a rigoler jusqu'a ce que le jour se leve. Puis, j'ai du m'endormir car le copain est parti sans que je m'en rende compte et je me suis mis a rever de Jaydee. J'ai rever de son corps souple et voluptueux, j'ai entendu ses respirations douces, je me suis ennivre de l'odeur de sa peau et je me suis reveille beaucoup plus tard, sa tete contre ma poitrine, dans son lit. La journee qui a suivi a ete tres douce, comme un orient.
La Jordanie, ca vous interresse toujours? Allez, bonne nuit.
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.