Trial Murder Only

7.6.05

Amman, Al Rasheed Cafe, 7 juin 2005, 19:45

Je vais quitter demain matin la Jordanie pour Israel. Je suis arrive dans ce pays sans idees preconcues. Pour dire vrai, j'avais ajoute la Jordanie dans mes destinations plus parceque par la voie terrestre, c'est un passage oblige pour aller en Israel ou j'avais vraiment envie de remettre les pieds. Plutot que d'y transiter uniquement, j'ai prefere saisir l'occasion pour le parcourir autant qu'allaient me le permettre ces quatre jours.

J'ai donc pris deux places, pour etre bien a l'aise, a l'avant d'un taxi collectif en partant de Damas samedi midi pour traverser la frontiere et arriver a Amman en fin d'apres-mid ou j'ai profite de la soiree pour deambuler dans le centre-ville.

Amman, malgre son aspect souvent vieillot et decrepi m'a tout de suite donne l'impression d'une ville a l'urbanite resolument moderne. Cela tient essentiellement a l'atmosphere generale de la ville et au fait que la plupart des gens ne manifestent pratiquement aucune reaction inherente au fait que l'on soit etranger. Tres bon point que celui-la.

Il y a aussi une impression visuelle causee par le fait que, contrairement a la Syrie qui est le musee vivant de la bagnole de collection, les voitures ici, qu'elles soient privees ou d'utilite publique, sont tres recentes et souvent rutilantes. Les deplacements des jours suivants m'ont fait passer dans des quartier ou l'automobile et l'urbanisme n'ont fait que confirmer cette impression.

Sans m'etre pose la question de savoir a quoi est due cette modernite, une viree du cote de la Mer Morte m'a tout de meme apporte quelques elements de reponse. A l'est, dans sa partie nord du moins, la Mer Morte est bordee par une route flambant neuve jonchee de panneaux publicitaires a la gloire des investissement en Jordanie et des projets delirants de Dubai ou des autres pays du golf, l'Arabie Saoudite en tete. Devenu plus attentif, jai tres souvent constate par la suite dans les rues ou a la tele, ce qui me semble etre plus que de la sympathie pour les voisins golfeurs a deux balle (Sachant que la balle est la nouvelle monnaie unique des pays du Golf et qu'elle vaut tres exactement trois milliards neuf cent quatre ving deux millions sept cent trente quatre mille huit cent vingt-deux de nos euros).

Il semble aussi exister une forme de protectionnisme environnemental en faveur des mieux nantis car dans la section que j'ai parcourue, il etait impossible d'acceder aux berges soit parce qu'elles etaient sur les terrains d'hotels de luxe, soit parce qu'elles etaient millitairement gardees. Le quidam doit se contenter de petits belvederes a deux ou trois cent metres du bord de l'eau. Des que j'ai enjambe le parapet de l'un d'eux, j'ai ete siffle (comme on siffle avec les doigts dans la bouche) par des millitaires que j'ai feint d'ignorer pour aller prendre mes photos du coucher de soleil au bord de l'eau ce pourquoi j'etais venu. Au vu de la distance d'ou ils m'interpellaient, j'ai estime que j'avais une dizaine de minutes pour atteindre la plage et faire mes photos. Quand je les eu dans le dos, j'ai fait le naif au grans sourire, "What? Is this a military zone?" ce a quoi ils m'ont juste repondu gentiment "Please go". Voila une morte bien gardee pensai-je.

Ce soir, mardi, je suis de retour d'un periple eclair qui m'a permi de decouvrir Petra, de dormir a la belle etoile dans le Wadi-Rum et au retour, de m'arreter sur les sites les plus "importants" qui jalonnent la "Route des Rois" (Kings Way) entre Petra et Amman. J'ai pu decouvrir un pays a la geographie etonnante et fascinante. Le nombre de sites visites est malheureusement venu a bout de ma tres faible capacite a jouer les touristes et c'est en vitesse que j'ai expedie les deux derniers (Madaba et Le Mont Nebo) pour retourner admirer les paysages traverses en voiture.

Du tourisme de base donc. Point de ces rencontres qui me sont si cheres. Quoi que. Il y en a une et meme une plutot etonnante en fait. Je me suis fait un ami d'Andre, rencontre sur la place des sacrifices tout en haut de l'un des sommets de site nabateen de Petra. Pour s'y rendre, il faut se farcir une montee fabuleuse certe mais legerement infernale quand meme dans sa succession d'escaliers biscornus et de sentiers escarpes.
Andre, quatre-vingt-trois ans, retraite evidemment, ancien representant de commerce dans la vente de bouton (ca ne s'invente pas), etait tranquillement adosse aux marches du dernier escalier, visage tourne vers le ciel en train de prendre un bain de soleil.
Tout content de trouver quelqu'un qui parle francais, il m'a explique qu'il s'offre un petit voyage de deux mois, juin et juillet, dans tout le proche-orient. Il descend dans les hotels les moins chers, voyage uniquement dans les bus et les minibus des transports en commun et il voyage seul. En explorant le sommet, il m'a suivi partout et il a systematiquement refuse mon assistance lorsque je lui tendais la main pour grimper ou descendre des obstacles plus perilleux. Sans orgueil aucun, il me disait simplement qu'il preferait faire les choses a son rythme et avec ses propres moyens qu'il avouait fortement diminues vu son grand age.
Andre parle beaucoup de lui et n'ecoute pas beaucoup ce que je peux avoir a lui raconter mais il n'en est pas moins une sacre force de la nature et une veritable inspiration. C'est pourquoi je prend plutot beaucoup de plaisir a me taire en sa presence. Je l'ai recroise sur un autre site aujourd'hui et c'est moi qui lui ai offert le the cette fois. Il me tutoie et insiste pour que j'en fasse autant. J'ai fait quelques photos de lui que j'ai promis de lui remettre a son retour en aout.
L'ami, qui est presque mon voisin finalement, habite le Kremlin Bicetre un petit appartement sans meubles aucun ou il dort sur une paillasse. Il n'avait pas de numero de telephone portable a me donner pas plus qu'un numero de fixe d'ailleurs. Juste une carte de visite avec son nom et son adresse.
Tais-toi, Durell! Tais toi!
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.