Trial Murder Only

19.5.05

Sauf pour beaucoup, vous n'y êtes pour rien...

Je ne me casse plus la tête à me demander ce que je vais bien pouvoir publier ici. Je me contente uniquement de stimuler les impulsions de la journée, de voir ce que j'en fait et de choisir dans le lot ce qui atterrira ici dans ce carnet. Aujourd'hui j'ai eu une envie de compte rendu.

C'est marrant parce qu'en m'installant devant le PC pour jeter sur une page blanche dans Word toutes les choses dont je voulais parler, j'ai commencé par consulter mes statistiques comme je le fais rarement, c'est-à-dire environ toutes les trois minutes, et j'ai vu que le dernier curieux débarquait de chez l'ami vinvin. C'est là que je me suis dis que je m'en allait aller faire un tour chez le professeur. Je suis tombé sur sa dernière note et je l'ai lue jusqu'au bout, comme je le fait toujours – Là je marque une pause pour lever un lapin. Je ne sais pas si ça te fait la même chose mais il y a un bon paquet de blogueurs et de créateurs sur Internet que j'adore et chez qui, pourtant, je ne vais pas très souvent. Quand j'y vais, je reste scotché à dévorer un max de trucs mais je sais que j'ai raté un tas de bidules ou de machins (je prépare un spectacle au festival des mots valises) et chaque fois je me dis "mais t'es con, pourquoi tu perds autant de temps chez Georgette ou chez Jean-Gérard qui sont certes très divertissants et intéressants mais cela parait insuffisant pour combler tes quinze ou dix-huit heure de présence quotidienne sur la toile ?" Il en va donc de même pour le vinvin qui me le pardonnera certainement puisque, je le dis, j'apprécie chez lui l'humour, la constance et l'énergie. Dans le même lot, il y a Hervé Resse, il y a Folie Privée, il y a Virginie Despentes, Il y a(vait) Kate, Il y a les hémisphères et bien d'autres encore. Tous des gens dont la nature et le mode d'expression m'impressionnent souvent et devant qui je fais le discret - mais pas assez souvent.

Pourquoi je parle de vinvin à ce point ? Non, rassure-toi, ce n'est pas parce qu'il le mérite tant que cela mais parce que l'énergumène, dans sa dernière note a exprimé quelques idées dont certaines étaient en résonance avec ce dont je voulais t'entretenir. "Ne rien attendre du blog. Voilà la solution" écrit-il pour des raison que sa conscience lui dicte et qui résume plutôt bien ce qui a trucidé à jamais mes doutes il y a quelques billets de cela. J'en ai assez parlé, allez donc le lire.

Bon, t'es revenu ? Je peux y aller ? J'ai parcouru la France entière toute la semaine à la recherche de cahiers spiralés que j'allais pouvoir noircir pendant mon voyage et au final, c'est à côté de mon boulot, chez le libraire où travaille cette gracieuse et douce Marguerite que je les ai dénichés. J'en ai pris deux. Deux carnets de croquis hyper confortables pour écrire au recto et au verso des leurs quatre-vingt feuilles. Trois cent vingt pages à remplir ! Hum ! Depuis octobre, j'en suis à ma soixante-quatorzième note dans ce carnet avec celle-ci et ça ne fait pas plus de cinquante pages imprimées soit vingt-cinq feuilles recto verso, je suis loin du compte là ! Mais bon, j'ai déjà commencé hier en y mettant un premier texte avec des phrases du genre "Plus que quelques jours de faux semblants et je serai de nouveau sur les routes…", ou encore "Je souhaite que ce voyage, sous les auspices de mes quelques amitiés, soit à l'image de cette sérénité nouvellement retrouvée…", bref, des phrases avec un gros pli sur le front en somme. J'espère que je ne resterai pas aussi sérieux tout le temps sinon je ne pars pas...

Qu'est-ce que je voulais écrire encore, ah oui ! Le billet de vinvin ! Sans le savoir j'applique, depuis un certain temps, ce principe d'inattente si brillamment énoncé par lui et chez lui et je m'en porte très bien. Je voulais tout de même te faire part d'une chose. J'ignore si elle est originale ou pas mais elle est sincère. En septembre, je ne savais pas que les blogs existaient et j'étais assez malheureux dans la vie mais pour des raisons qui n'ont rien à voir avec cela. Armé de mon malheur, je me suis mis à déconner par email et par babillard perso avec la zaza (MissIV (pas Missy'V)) qui est en tête de liste des "CEUX SANS QUI ...", qui écrit peu, trop occupée qu'elle est à repeindre les pièces de sa maison dans les nuages assisté de l'excellent Coust, mais qui mine de rien, m'a redonné l'énergie pour écrire. Nous nous envoyions alors soixante-quinze email par jour et aujourd'hui c'est un email tous les mois mais je tenais à te dire MissIV que je n'oublie pas, que je n'oublierai jamais.

C'est le foutoir, je te préviens. Ah bon, t'avais remarqué ? Allez, je continue.Qu'est-ce qui m'est arrivé après la découverte des blogs ? Euh, ben, rien de plus que d'habitude sauf que... sauf que ça a eu un effet bénéfique, du moins c'est ce que je crois pour l'instant, sur ma vie dans le présentiel (Kate, si tu lis…). Rien de grave, merci de t'en inquiéter. Sans tomber dans le détail, je ne peux qu'apprécier ce que ma recherche de style que je tente ici ou dans les commentaires chez toi a eu comme influence dans ma vie quotidienne. Il y a beaucoup plus de franchise et de clairvoyance en moi. En plus de m'y être laissé impressionné par toi, ou toi, vous tous dotés d'un talent certain, ce carnet a eu un peu l'effet inattendu d'un canal d'irrigation soudainement creusé entre le fleuve discret et tranquille de ma vie et mes jardins secrets. De plus en plus de mes proches savent ce que je fabrique ici (et certains d'entre vous que je n'aurais jamais pu connaître autrement me font l'honneur de leur monde palpable) et ma vie ressemble de plus en plus à mes envies, à ce que j'en écrit. C'est pas beau la vie ?

Ce billet était donc constitué d'une introduction de quatre paragraphes et d'un contenu de deux paragraphes pour dire les choses importantes. Il faudra quand même que je m'initie un peu au sens des proportions moi…

P.S.: J'avais la flemme grave d'ajouter les liens, les ahref et les target=_blank alors pour le vinvin et les hémisphères c'est dans les "ceux sans qui" à droite et pour les autres, tu te démerdes?
P.P.S.: En plus des raisons très personnelles qui me donnent envie de ce voyage plus que de tous ceux que j'ai fait ces dernières années, il y a aussi le réel plaisir de retrouver quelques bonnes âmes qui me sont chères.
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.