Trial Murder Only

22.5.05

Beyrouth 22 mai, 23:44

Arrivee hier a 14:00, sans retard, a Beyrouth. Comme je m'y attendais, je n'ai pas dormi de la nuit avant mon depart et c'est considerablement a la bourre, je n'ai pas dis bourre, que j'ai descendu l'allee pour prendre le taxi qui attendait patiemment de me haper telle une cyberaraignee sur sa toile ou je l'avais commande ...

Quinze minutes entre ma sortie de l'avion et la mise en taxi de mon cul mignon (c'est pas moi, c'est le chauffeur de taxi qui me l'a dit). Je l'ai choisi, ce chauffeur, pour sa ressemblance avec un roi batave et parce qu'il avait affirme qu'il allait pouvoir accepter mon billet de cinquante euros et me rembourser la difference sans probleme. Il etait donc normal qu'au moment de payer, il ait eu cet air etonne ce qui nous a oblige a courir dans tous les sens pour faire changer le billet honni. La course, deja trop chere, de vingt dollars americain est devenue une course de vingt euros, pour faire simple, et donc de trente-six mille livres libanaises au final Avec le meme montant, tu fais huit fois le trajet Beyrouth-Tripoli en taxi collectif. Mais je suis comme ca. Je fais toujours en sorte de me faire arnaquer au moins une fois parce qu'en fait, je suis trop fort en 'negociage' et si je ne laissais pas ce petit plaisir de temps a autres, je deprimerais beaucoup trop de petits commercants et d'artisans.

Je me suis fais larguer du cote de Manara car j'avais envie de parcourir la peninsule (Beyrouth Ouest) a pied. Mes premieres images ont donc ete celles que l'on voit dans tous les guides mais qui n'en perdent pas leur charme pour autant. J'ai tout de meme pris soin d'eviter l'erection en n'allant pas me raffraichir le gosier et mater la libanaise en Itsibitsityniwyni...bikini aux bars des piscines des clubs prives. Je m'en suis tenu a mon objectif initial d'atteindre la fin de la corniche d'ou je suis entre dans les terres.

Parce au'il n'y a pas de petites economies, J'avais repere un hotel sous classe dans un guide que je ne nommerai pas et en marchant plus ou moins au hasard, histoire de laisser la ville se montrer a moi telle qu'elle le souhaitait, je me suis arrange pour m'y retrouve avant la fin de mes vacances. C'est la que j'ai compris que le taxi de l'aeroport avait ete en fait la seconde arnaque de mon voyage, la premiere etant l'achat de ce guide a la con. Le Mayflower est donc un hotel quatre conneries pour les touristes qui adorent ecouter John Denver au bar de l'hotel, commander 'a local beer', routards aguerris qu'ils sont, avant d'aller ecouter Jay Leno dans leur chambres et s'endormir en revant a l'excursion palpitante du lendemain .

Je n'y perd pas mon temps donc. Apres avoir pose mes bagages, j'ai refait une partie de la peninsule en sens inverse et en me dirigeant vers Rawsheh, j'ai essaye de me faufiler dans tout ce qui ressemblait a une fissure vers l'inconnu. Des militaires a qui je faisais le 'smile' de celui qui ne savait vraiment pas me reconduisaient gentiment. Arrive A Rawsheh, j'ai ete enchante de cette tres jolie manifestation de la nature et je vous laisse le soin de degainer 'Google Image' d'ici a ce que je vous assene mes propres photos. J'ai enjambe le parapet et je suis descendu jusqu'au'au bord de la mer pour aller voir les pecheurs, les gamins qui s'y baignent ou s'eclatent en duo(duel) sur de droles de petites coques de noix et discuter avec le vieux vendeur de 'tak' qui a tenu a m'en offrir un ce qui en soit est une cle d'acces au paradis. Le tak est un pain souffle (sans levain) en forme de croissant dons les deux extremites se touchent et dans lequel le vendeur met un melange de sel et d'une baie moulue et delicieuse. Tu avales la chose en marchant et en la dechirant d'un geste reveur, les papilles et les narines jouissant en tous sens. Je suis alle ensuite m'installer sur un point strategique de la muraille du flanc sud de la baie et j'y ai passe deux bonnes heures a attendre le coucher du soleil, a me laisser aborder par tous les jeunes qui viennent draguer, rever, se prendre en photo, se faire prendre en photo, a remplir quelques pages de notes dans le premier de ces deux cahiers et a rever aussi. La Mediterranee, depuis le temps, je le sais, mais je dis et redis, c'est pas de la merde quand meme.

Soiree passee ensuite, a lire, a ecrire, a dormir, a me reveiller, a lutter mais bon, deux nuits sans dormir, quelqu'un n'a pas ete d'accord et je me suis reveille ce matin a 11:05, bien trop tard pour avoir droit au petit dejeuner inclus. J'ai appele la nenette de la reception pour demander quand meme et, oh bonheur et expectative de gouter ce petit dejeuner oriental dont elle m'avait parle la veille, elle m'a dit que oui je pouvais y aller et c'est en courant que je suis descendu engloutir mes deux croissants, mon jus d'orange et un demi-litre de cafe soluble. Parmi les gens que je deteste le plus au monde, le connard qui a invente les petit buffet-dejeuners continental dans les hotels du monde entier arrive dans les premiers de la liste.

Aujourd'hui j'ai marche quatre cent vingt-huit kilometres dans les rues du grand Beyrouth et mes petons sont bien contents que j'ai pris la decision de vous faire cette petit note-ci avant demain ou je leur infligerai Tripoli.
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.