Trial Murder Only

24.12.04

Meurtre à l'Opinoël (sans motifs apparents)

Voilà que c'est Noël à nouveau. Je n'aime pas et c'est tout. Ici c'est chez moi et je dis ce que je veux. Je ne veux pas voir débarquer de connards dans les commentaires qui vont me parler de l'importance de la chose pour leurs avortons, la part de rêve, le partage, la famille, et toutes ces croyances que je comprends tout à fait sauf que pour ma part, je n'en ai vraiment rien à foutre.

Aujourd'hui, il est impossible d'exprimer son dégoût de Noël à un quidam sans qu'il se sente obligé de justifier sa propre dépendance à un truc qui le dépasse. Moi je le comprends et je n'essaie pas de lui dire qu'il a tort alors qu'est-ce qu'il a à me faire chier? Après tout, c'est lui qui a commencé en me demandant ce que j'allais faire de beau à Noël.

Quand je repense à mes noëls (Tiens! Je viens inconsciemment de décider d'arrêter d'écrire noël avec un "n" majuscule) de jeunesse, je n'ai aucun mauvais souvenirs. Il y en a même qui ont été assez marrant. Rien de traumatisant donc. Sauf peut-être celui où un oncle paternel demandait à la copine du susmentionné paternel si elle avait du poil au cul. Je n'ai pas été traumatisé sur le coup mais seulement des années plus tard quand j'ai réalisé à mon réveil dans la cellule de contention d'un hôpital psychiatrique que je n'avais jamais entendu la réponse à cette question cruciale.

Je n'ai donc aucune raison de détester noël. Il en est une cependant qui s'est imposée d'elle-même au fil des années. C'est que je n'ai pas davantage de raisons valables d'y attacher quelque importance que se soit.

Donc à noël, vous faites ce que vous voulez mais vous me laissez ma liberté de pioncer.
Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.